Blue - Annuaire gratuit
ANNUAIRE GRATUIT DEPUIS 1996
 
  VOTRE RECHERCHE :
  >>> Référencer votre site <<<
LES THÉMATIQUES DE BLUE
> Actualités (Télé, presse, radios ...)

> Argent / Finance (Banques, crédits...)

> Art (Histoire de l'art et actualités)

> Charme (Attention, +18 ans)

> Cinema (Actu, bandes annonces ...)

> Culture (Livres, éducation, ...)

> Emploi (Trouver un emploi, un stage.)

> Gratuit (Echantillons, cadeaux ...)

> Humour (Blagues & devinettes ...)

> Jeux (Jeux en ligne & consoles)

> Musique (Classique, rock, dance ...)

> Rencontres (Le ou la séduire ...)

> Santé / Forme (Sexualité, régime ...)

> Sites utiles (Boite à outils du web ...)

> Voyage (Destinations de rêves ...)

> Webcams (Un petit peu voyeur ?)

> Webmasters (Gérez votre site web ...)


 
  BLUE > VOYAGE > A LA DÉCOUVERTE DES CHATEAUX DE LA LOIRE
Affiliation / Publicite
DOSSIER : A LA DÉCOUVERTE DES CHATEAUX DE LA LOIRE
Chateaux de la loire LES CHATEAUX DE LA LOIRE

La Loire et les fameux châteaux qui parsèment son parcours sont des fleurons de l'art français, incontournables lors d'un détour dans l'ouest de la France. De style médiéval, de la Renaissance ou classique, ils rivalisent d'esthétisme et de beauté. Véritables vestiges du passé, ces châteaux sont porteurs d'une histoire, d'un mode de vie et d'un art.qu'il ne faut absolument pas manquer.

Le château de Chambord, joyau de la Renaissance

C'est François Ier qui ordonna sa construction en 1519. Il fut l'un des chantiers les plus monumentaux à voir le jour au XVIe siècle et en 1547, lorsqu'il fut achevé, il trônait déjà comme une digne demeure royale. Plus grand château de la Loire, le château de Chambord est tout simplement impressionnant ! Tout en longueur, ses 440 pièces, 80 escaliers et 356 cheminées ont de quoi surprendre et plaire. Son toit de fines ardoises bleutées de la région, sa façade lisse d'un blanc parfait de 156 mètres, et les petites sculptures qui courent ici et là lui confèrent un charme tout particulier. Mais LE véritable attrait du château reste sans conteste son fameux escalier à double hélice. Ouvre du grand Léonard de Vinci, il est composé en réalité de deux escaliers qui ne se croisent jamais, mais donnent l'illusion de n'en être qu'un seul. Un vrai petit labyrinthe qui émerveille petits et grands !

Le château d'Amboise, sur les pas de la Renaissance italienne

Le château d'Amboise tel que nous le connaissons fut construit à partir du premier château de la famille d'Amboise (XIIIe siècle), qui avait lui-même été bâti à l'emplacement d'une ancienne fortification du VIIIe siècle. C'est Charles VIII qui annexe le château à sa maison et y commande les premières modifications, desquelles naîtra un véritable chef-d'ouvre de la Renaissance française, largement inspiré de la Renaissance italienne. On peut voir cette touche italienne à travers les jardins du site, aménagés au XVe siècle par l'italien Pacello de Mercogliano. À l'époque de sa modernisation, le château fut pourvu de deux logis, l'un face à la Loire, l'autre orienté vers l'Amasse. Les ravages du temps ne nous permettent d'admirer aujourd'hui que le premier, le second ayant été détruit. Charles VIII décéda dans ce château cher à son cour le 7 avril 1498 en se heurtant accidentellement la tête à un bas linteau de porte. Lorsque François Ier prit la tête du royaume de France, il apporta lui aussi sa touche avec l'aide de Léonard de Vinci. Puis, après être passé entre les mains et influences de divers seigneurs, le château est aujourd'hui géré par la Fondation Saint Louis, qui a permis d'ouvrir la magnifique demeure au public.

Le château de Chenonceau le gardien de la Loire

Perché sur l'eau, comme un pont qui aurait été aménagé en demeure, le château de Chenonceau étonne par sa singularité ! Au départ, un petit donjon, dont il reste aujourd'hui les ruines, et une bâtisse furent construits d'un côté de la rive. Le secrétaire de François Ier, Thomas Bohier, construisit un château par-dessus et apporta une touche " moderne " au lieu. C'est toutefois avec Diane de Poitiers, à qui le roi Henri II offrit le château, qu'il prit la forme que nous lui connaissons encore. Celle-ci fit construire de l'autre côté de la rive un jardin, qui porte aujourd'hui son nom, ainsi que le fameux pont qui relie le château à la rive. Puis, Catherine de Médicis, durant sa régence, aménagea le pont en galerie, lui conférant un cachet exceptionnel, et érigea un second jardin, qui porte également son nom. Magnifique, le château de Chenonceau doit également sa renommée aux nombreux philosophes qui passèrent dans ses murs : Voltaire, Montesquieu ou Rousseau. La chambre du deuxième étage garde quant à elle la trace d'Henri III, qui y fut assassiné. Entouré d'une aura particulière, le château de Chenonceau est voilé de mystère et d'intrigues. Objet de convoitise, il garde les stigmates de cette guerre incessante entre épouses et maîtresses, rois et intrigants, cour royale et petite noblesse. Le château fut également le témoin des grands évènements du XXe siècle : hôpital de fortune pendant la guerre 14-18, à cheval entre terre occupée et zone libre durant la Seconde Guerre mondiale, il est cependant resté intact. Et bien qu'aujourd'hui privé, le château de Chenonceau demeure ouvert au public, pour le bonheur des érudits d'histoire et d'architecture.

Le château de Blois, témoin du temps

Le château de Blois est sans conteste l'un des châteaux de la Loire les plus marqués par les époques artistiques successives. Il aurait pris racine dès le IXe siècle. Détruit, puis reconstruit au gré des invasions dans le style gothique, le château de Blois devint dès le XIVe siècle l'un des plus beaux châteaux de France. En 1429, Jeanne d'Arc fut même bénie dans sa chapelle par l'évêque de Reims. Mais c'est à l'aube du XVIe siècle que le château de Blois prend toute sa magnificence. Louis XII le reconstruit dans le style gothique tardif. François Ier y ajoute plus tard une touche Renaissance en commandant l'édification d'une nouvelle aile, dont le fameux escalier à vis (qui donne sur l'extérieur) et la façade des loges. Un temps, demeure préférée de la cour, il sera très vite délaissé pour le château de Fontainebleau, puis reprendra sa place de prédilection dans les cours de François II et Charles IX. Au XVIIe siècle, des modifications sont apportées, mais n'aboutiront jamais, et le château se voit alors complètement abandonné en 1660. La Révolution française de 1789 n'arrangera rien. Pillé, saccagé. le château perd de son prestige, et il est même envisagé de le démolir. Devenu caserne en 1788, il faut attendre le règne de Louis-Philippe pour qu'il retrouve ses lettres de noblesse et soit classé monument historique. Dès lors, il n'aura de cesse d'être restauré et embelli avec une touche classique, comme en témoigne la coupole de François Mansart. Depuis la fin du XIXe siècle, le château de Blois est converti en musée et accessible à tous.
  BLUE > VOYAGE > A LA DÉCOUVERTE DES CHATEAUX DE LA LOIRE
Affiliation / Publicite
CONTINENTS - COMPARATEUR DE PRIX AVION - AEROPORTS INTERNATIONAUX - COPYRIGHT © ANNUAIRE GRATUIT